Allons-nous gérer sous peu nos finances par Google ou Facebook?

Vous pourrez bientôt transmettre vos données financières aux entreprises. Mais qu’est-ce que cela implique concrètement pour vous ?

Jusqu’à présent, seulement les banques (dont nous sommes clients) ont accès à nos données financières. Cela veut dire par exemple que nous ne pouvons gérer nos affaires financières que par le portail de notre banque. Mais, d’ici peu, cela va changer. À partir de 2018, une nouvelle directive européenne sur les paiements entrera en vigueur, la dite PSD2 (Payment Services Directive II), ce qui peut influencer énormément la façon dont nous gérerons nos finances à l’avenir. Car cette loi stipule que nous pourrons donner d’autres entreprises accès à nos données financières. Mais qu’est ce que cela veut dire exactement ?

Simplifier la vie

Il va sans dire que bien des épargnants auront leurs doutes sur cette évolution imminente. Selon toute probabilité, beaucoup d’entre eux se préoccuperont du respect de leur vie privée. Bien qu’il n’y ait guère lieu de s’inquiéter. Tout d’abord, il faut donner son consentement à une entreprise extérieure pour que celle-ci puisse avoir accès à vos données financières. Si vous ne le faites pas explicitement, la situation ne change pas.

Ceux qui décident néanmoins d’utiliser la nouvelle directive sur les paiements, peuvent donner leur autorisation à d’autres banques d’utiliser leurs données financières. Cela peut être pratique si vous possédez des comptes auprès de plusieurs banques. À l’avenir, il serait donc possible de régler toutes ses affaires financières en se connectant simplement à un seul site bancaire. Entre autres la Rabobank a déjà annoncé sur son site web néerlandais comment elle va améliorer ses services grâce à la nouvelle directive européenne sur les paiements. La banque fait savoir que ses clients peuvent ajouter les comptes qu’ils ont dans d’autres banques à l’application bancaire dès que ces établissements mettront cette option à la disposition de leurs clients. Jusqu’ici, notre pays reste assez passif à propos de la PSD2.

Concurrence pour les joueurs traditionnels

La nouvelle évolution ouvrira notamment des portes au monde financier pour les grands géants « tech ». Apple et Google se serviront de la nouvelle directive afin de consolider leur position dans le secteur financier. Ils sont déjà très occupés à développer des solutions de paiement. Pensez par exemple à Android Pay ou à Apple Pay. Mais la nouvelle directive sur les paiements permet à de telles entreprises d’avancer encore d’un cran. Elles vont pouvoir elles-mêmes mettre au point un portail vous permettant d’effectuer toutes vos transactions financières en un clin d’œil. Bien qu’il faille encore un peu de patience avant de pouvoir constater comment ces entreprises « tech » vont se révéler être de redoutables concurrents pour les établissements financiers. Quoi qu’il en soit, les experts sont convaincus que le paysage bancaire aura un air tout à fait différent d’ici à dix ans.

D’ailleurs, grâce à l’instauration de la nouvelle directive sur les paiements, nous aurons également moins souvent besoin de racler les fonds de tiroir. Car, d’après la nouvelle directive, sous peu, les commerçants ne pourront plus faire payer à leur client l’utilisation de la carte de crédit pour leurs achats.