La dernière réforme du compte d’épargne s’avère un fiasco pour l’épargnant

En détail

La dernière réforme du compte d’épargne est un fiasco pour l’épargnant. Il suffit d’observer la pléthore de l’offre et surtout la créativité avec laquelle certaines banques imposent des conditions inutilement complexes liées à l’obtention des intérêts affichés. Conclusion : la réforme n’a pas apporté la nécessaire transparence à laquelle l’épargnant a pourtant droit. La Deutsche Bank se réjouit dès lors de l’initiative du nouveau gouvernement qui souhaite travailler à plus de transparence sur l’épargne et soutient totalement la piste d’un compte d’épargne réglementé uniquement composé d’un taux de base (suppression de la prime de fidélité). La Deutsche Bank rappelle également son plaidoyer pour une réforme fondamentale afin que l’avantage fiscal soit donné à l’épargnant et ne soit donc plus lié à un produit spécifique (le compte d’épargne réglementé). Chaque épargnant pourrait décider lui-même quels intérêts – jusqu’au montant maximum actuel de 1.830 euros – peuvent bénéficier de l’avantage fiscal. Dès lors, les intérêts des comptes à terme, de bons de caisse et de bons d’Etat, par exemple, pourraient bénéficier d’une exonération du précompte mobilier.